Le retour sur investissement constitue l’objectif principal des investisseurs. Outre la vente et l’achat immobilier, les opérations d’investissement locatif permettent de réaliser des rendements importants grâce aux loyers perçus. Pour déterminer le taux de rentabilité d’un investissement locatif, il importe de réaliser des calculs en se basant sur l’investissement effectué et les loyers annuels. Ci-après tout ce qu’il faut savoir pour mener à bien un projet d’investissement immobilier locatif et comprendre comment rentabiliser son investissement.

Comment savoir si un investissement locatif est rentable ?

Pour la mise en location d’un bien immobilier tel qu’une maison, un parking ou un immeuble, le terme rendement est remplacé par rentabilité locative. L’évaluation de cette dernière est indispensable avant d’investir dans l’immobilier locatif. En effet, il est nécessaire de bien connaître le marché immobilier pour pouvoir acheter un bien en vue de le louer et de percevoir des loyers. Pour déterminer la rentabilité d’un investissement locatif, il est nécessaire de calculer le taux de rendement en tenant compte de différents éléments, à savoir :

  • le prix d’achat du bien locatif ;
  • les frais et charges engendrés ;
  • le loyer annuel.

Le calcul du rendement locatif permet ainsi d’estimer la rentabilité brute d’un projet et de connaître la rentabilité réelle d’une opération d’investissement locatif.

Calculer la rentabilité brute

Le rendement locatif brut se calcule par rapport au gain du loyer sur une année et du coût d’achat du bien immobilier. Il s’agit d’un calcul réalisé en pourcentage du montant investi. Pour cela, il est nécessaire de calculer les loyers hors charges sur une année et le prix total de l’achat (prix d’achat et frais liés). Toutefois, la rentabilité brute ne permet pas de déterminer réellement le gain réalisé. Il existe d’autres paramètres dont il faut tenir compte pour réussir un investissement locatif tels que les frais d’entretien et la fiscalité.

Calcul de la rentabilité nette

Pour calculer les rendements nets ou la rentabilité potentielle, il est nécessaire de tenir compte de toutes les chartes ainsi que des fais annexes en tant que propriétaire-bailleur.  Parmi les paramètres à évaluer, on peut citer les taxes foncières, les frais de financement, les assurances, les frais de gestion, les vacances locatives et d’autres encore. Tous ces paramètres sont à déduire des loyers perçus afin de déterminer la rentabilité nette.

Les impôts fonciers et la défiscalisation

Après le calcul de la rentabilité nette, il est nécessaire de tenir compte de la fiscalité du bien immobilier en location. En effet, celui-ci est soumis à différents impôts comme la taxe foncière, les prélèvements sociaux ou les revenus fonciers. Par ailleurs, il peut bénéficier de réductions d’impôts telles que la défiscalisation avec l’investissement en loi Pinel. Ce dispositif permet entre autres d’obtenir une meilleure rentabilité.

L’intérêt de réaliser un investissement locatif

En plus de constituer une source de revenus intéressante, l’investissement locatif peut être utilisé comme garde-fou pour l’achat d’un logement. En effet, la rentabilité d’un achat immobilier présente de nombreux avantages pour les investisseurs mais également pour l’achat d’une résidence principale. Pour garantir la rentabilité d’une maison ou d’un appartement à louer, il est nécessaire de choisir un emplacement où les rendements locatifs sont meilleurs. En outre, pour bénéficier d’une bonne rentabilité, il est également essentiel de choisir un statut d’imposition qui correspond aux revenus fonciers.

Comment réussir un investissement locatif ?

Que ce soit pour construire un patrimoine immobilier ou pour préparer la retraite, les revenus locatifs des biens immobiliers peuvent constituer une source de revenu stable. Pour assurer la réussite d’un investissement locatif, il est nécessaire de veiller à la rentabilité locative en se renseignant sur le marché de l’immobilier local et en étudiant la rentabilité de l’investissement au préalable. En outre, il faut aussi considérer les impôts. En effet, l’immobilier neuf permet de bénéficier d’une réduction d’impôt grâce à des dispositifs fiscaux mis en place par l’Etat. En ce qui concerne l’immobilier ancien, le rapport prix-rentabilité est souvent plus intéressant. Toutefois, il faut tenir compte des travaux de rénovation à réaliser.